Le marché de l’IoT poursuit son expansion en revenus et capacité d’innovation. Les dépenses liées aux solutions et services dédiés à l’Internet des Objets devraient ainsi connaître une croissance de plus de 55% d’ici à 2022(1). Pour atteindre les promesses de ce marché florissant, il faudra compter sur l’appui de nouvelles technologies qui vont s’affirmer cette année, au sein de l’écosystème des objets connectés. Au cœur du sujet pour la sécurisation de ces nouveaux objets intelligents, IDnomic vous livre une analyse sur les 5 tendances qui feront l’actualité en 2019.

(1)Source IDC – Guide semestriel des dépenses mondiales consacrées à l’IoT

1- Edge Computing : du nouveau dans les architectures

Le Edge Computing consiste à mettre en périphérie d’une infrastructure IoT les données qui peuvent être recueillies par les capteurs. Il vise donc à traiter et à analyser la donnée au plus près de l’objet sans avoir à la transférer dans le Cloud. Cette méthode permet ainsi l’accélération des flux de données et leur traitement en temps réel ce qui peut s’avérer très utile dans de nombreux cas d’usage où la latence est un enjeu. Le Edge Computing diminue ainsi la congestion de données en traitant de grandes quantités d’informations près de la source. Par extension, il diminue les coûts de stockage puisque la donnée n’est plus obligée de remonter dans le Cloud pour être traitée. Enfin, le Edge Computing favorise la sécurité des infrastructures IoT en conservant les données localement ou dans des micro-datacenters proches des usages. Ce principe d’architecture distribuée devrait donc se développer fortement en 2019 et les années suivantes puisqu’il résout de nombreuses problématiques liées à l’utilisation de la donnée notamment pour les infrastructures étendues ou faisant intervenir un nombre important d’objets comme pour les Smart Cities et Smart Buildings. L’architecture distribuée devrait également être utilisée dans le secteur médical et l’IoT industriel où le traitement temps réel est primordial.

2- Cybersécurité : plus d’attaques mais une sensibilisation qui va porter ses fruits

L’année 2018 a été prolifique pour les hackers qui n’ont cessé de développer des variantes de botnets (attaques type DDOS) déjà bien connus pour attaquer de nouvelles cibles en exploitant toujours plus d’objets connectés, jusqu’alors dépourvus de sécurité. 2019 pourrait voir l’émergence d’attaques IoT de type cryptojacking, qui permettent de voler de la puissance de calcul des objets pour « miner » des cryptomonnaies.

Fort heureusement, fabricants et exploitants d’infrastructures IoT sont aujourd’hui prêts à faire face à cette multiplication d’attaques : des objets connectés « secured by design » c’est-à-dire ayant intégré la notion de sécurité dès leur conception voient désormais le jour et les utilisateurs eux-mêmes intègrent de plus en plus la cybersécurité comme un add-on de leurs projets IoT. L’industrie, aussi, s’organise vers une convergence IT/OT avec des équipes RSSI et métier qui œuvrent de concert pour une meilleure sécurité de l’IoT industriel. Ces initiatives ne sont que les prémices d’un vaste chantier qui devrait s’intensifier en 2019 : l’augmentation des budgets alloués à la cybersécurité, le nombre d’objets qui se déploient de manière exponentielle et par conséquent l’augmentation de la surface d’attaque devraient positionner la sécurité de l’IoT comme un sujet majeur de cette année.

3- Automobile : conduite autonome, paiement embarqué et véhicules intelligents

L’industrie automobile exploite le potentiel des nouvelles technologies de communication entre véhicules et infrastructures routières pour réduire l’impact environnemental, rendre les routes plus sûres et le trafic plus fluide. A l’aube de l’industrialisation des systèmes de transport intelligents et l’automatisation des systèmes de conduite (la voiture autonome étant attendue pour 2025) l’IoT sera plus que jamais au cœur des véhicules de demain. Les nouveaux systèmes de transports intelligents et coopératifs exploitant les communications entre véhicules et avec les infrastructures afin d’échanger des informations essentielles pour optimiser la fluidification du trafic et augmenter la sécurité routière. Les conducteurs pourront, par exemple, être avertis de l’approche d’un véhicule prioritaire, d’une collision ou d’un freinage d’urgence. Des projets nationaux et européens de déploiement sur route, se poursuivent d’ailleurs actuellement.

Le paiement embarqué en phase d’évaluation chez les constructeurs depuis plusieurs années devrait également arriver à maturité. C’est désormais depuis sa voiture qu’un usager pourra payer son carburant. Un premier constructeur de véhicules électriques propose par ailleurs sur plusieurs de ses modèles le principe de Plug & Charge en conformité avec le standard de communication borne-véhicule ISO 15118 et l’industrialisation devrait s’initier cette année.

4- Intelligence Artificielle et IoT : le combo gagnant

L’IoT est générateur de milliards d’informations qui doivent prendre sens grâce à l’analytique, plaçant ainsi la donnée au cœur de la chaine de valeur des entreprises. L’Intelligence Artificielle est la technologie qui décuplera cette capacité d’analyse.

En temps réel, les objets connectés pourront s’adapter à une situation puisqu’ils seront en mesure d’apprendre les uns des autres et, si nécessaire, de prendre les décisions adaptées au sein de systèmes autonomes. L’Intelligence Artificielle consistera, par exemple pour un patient traité à domicile, à comprendre ses habitudes pour en détecter un comportement anormal. Dans l’industrie, la maintenance prédictive tirera partie de l’Intelligence Artificielle en permettant d’anticiper l’usure d’une machine avant que la panne ne survienne grâce à une analyse de son paramétrage et une détection de la dérive de fonctionnement. Dans l’exploration pétrolière, les industriels l’utilisent d’ores et déjà pour détecter les risques de fuites. Des robots dotés de caméras filment ainsi plusieurs centaines de kilomètres de pipeline. L’intelligence artificielle permet l’analyse rapide de ces heures de vidéo pour y déceler une éventuelle détérioration des équipements. C’est donc véritablement la combinaison de ces deux technologies IoT et IA, appelée AIoT, qui transformera les business models économiques actuels tout en nous faisant entrer dans l’ère de l’intelligence artificielle des objets.

5- 5G : vers un réseau mobile adapté à l’IoT

La 5ème génération de réseau mobile arrive ! Les premiers Smartphones ainsi que des équipements IoT tirant parti de la 5G seront disponibles courant 2019. Les opérateurs annoncent une pré-commercialisation dans plusieurs grandes villes d’Europe et prévoient une disponibilité des forfaits pour 2020. La 5G est particulièrement attendue dans l’univers de l’IoT puisqu’elle permettra de résoudre à terme de nombreux enjeux de communications : plus fiable, plus disponible, presque sans latence et avec des débits 10 fois supérieurs à la 4G, la 5G devrait également préserver les batteries des objets connectés et ainsi leur assurer une durée de vie plus longue. De quoi imaginer de nouveaux cas d’usage comme la vidéo 4K sur drone, exigeante en bande passante et en disponibilité, les véhicules intelligents qui ne peuvent se passer d’une communication en temps réel ou encore l’industrie 4.0 et les systèmes industriels critiques qui nécessitent une fiabilité et une couverture sans faille. La véritable révolution qu’apporte la 5G s’inscrit pleinement dans une évolution naturelle de nos utilisations et va favoriser l’émancipation de l’IoT en dessinant de nouveaux cas d’usage et en apportant des réponses aux industriels encore frileux.